Elodie partage son temps avec Maria, malvoyante - Aipm-meaux

Elodie partage son temps avec Maria, malvoyante

AIPM - assistance aux personnes malvoyantes

Elodie partage son temps avec Maria, malvoyante

Source : LE PARISIEN -- Date : 14-12-2017 11:05:03 -- N°: 9 -- Lu : 128 fois -- envoyer à un ami

image -- Elodie partage son temps avec Maria, malvoyante

Maria Zoio a perdu la vue petit à petit. A 48 ans, cette Meldoise se déplace avec une canne et sort de moins en moins de chez elle. Elle avait envie de compagnie pour se promener, discuter. Elodie Humbert, célibataire de Nanteuil-lès-Meaux, trouvait « les dimanches longuets », voire un brin déprimant. Depuis quatre mois, Elodie passe ses dimanches après-midi chez Maria, grâce à l'Association intercommunautaire du Pays de Meaux (AIPM). Elodie est assistante de direction dans un service de soins infirmiers à domicile, à Paris. « J'ai constaté que beaucoup de personnes âgées étaient très isolées, j'ai cherché à faire du bénévolat dans ce domaine, j'ai trouvé sur le site Internet de la ville de Meaux. »

Kelly Bindickou, le président de l'AIPM, l'a mise en contact avec Maria. Une fois par semaine, pendant au moins deux heures, Elodie prend le bras de Maria pour une balade le long du canal, en bord de Marne ou dans le parc du Pâtis quand il fait beau. En cas de pluie, le papotage se cantonne dans l'appartement de Maria. « On échange sur nos vies. J'aime sortir, mais c'est difficile avec une canne. J'avais besoin de compagnie, les journées sont longues quand on vit seule », confie Maria, qui n'ose plus prendre le car ni le train.

Elodie ne savait pas si elle serait à la hauteur : « Je ne connaissais pas le handicap, j'appréhendais un peu mais tout s'est fait naturellement. » Les deux femmes discutent coiffure, cuisine, famille. Quand elle ne peut pas venir le dimanche, Elodie se déplace le samedi. Elle connaît aussi la fille de Maria et le bénévolat dominical s'est vite prolongé en coups de fils du soir pour prendre des nouvelles et tourne à l'amitié.

Kelly a créé l'AIPM en pensant à sa mère de 74 ans, toujours alerte, qui partage sa vie entre Meaux et le Congo. « Je me demandais qui lui tiendrait compagnie si elle ne pouvait plus sortir. J'ai créé cette association avec mon épouse », raconte ce bibliothécaire de l'université Paris-I Sorbonne, père de trois enfants. Lui consacre ses vendredis après-midi à Françoise, aveugle de 80 ans du quartier Frot. « On se promène, je l'emmène chez le médecin. Elle est devenue ma famille. »

Françoise est ravie de cette compagnie qu'elle attend avec plaisir : « Kelly est un homme très respectueux, nous parlons beaucoup, ses visites ont changé ma vie. C'est ma fille qui a trouvé un dépliant de l'association à la pharmacie. » L'association aide une autre retraitée équipée de prothèses et deux frères handicapés mentaux. L'action de l'AIPM s'inscrit dans l'esprit des Petits Frères des pauvres, et l'association espère tisser sa toile de solidarité à travers les 18 communes du Pays de Meaux.

.
.